Ondes magnétiques, une pollution invisible 3


Alors que la société industrielle générait des nuisances perceptibles à l’odorat ou à la vue, la pollution électromagnétique de la société de l’information est invisible et inodore. Pourtant, on ne peut négliger les effets de l’usage massif tant des moyens de télécommunication — en particulier le téléphone portable — que des infrastructures et des équipements électriques.
Si l’utilisation des ondes n’est pas nouvelle, les techniques employées et l’échelle de leur déploiement nous ont fait basculer dans un nouvel âge où il devient extrêmement difficile de se prémunir de la pollution électromagnétique.
Les États perçoivent une rente hertzienne lorsqu’ils attribuent des autorisations d’utilisation de fréquences aux opérateurs de télécommunications. Avec la généralisation de la téléphonie et de l’Internet mobiles, les enjeux économiques, financiers et stratégiques deviennent considérables.

Sur ces nouveaux marchés, une doctrine répandue soutient qu’il faut offrir aux opérateurs, dans un premier temps du moins, une exemption de responsabilité pour leur permettre d’asseoir leur position. Ainsi, la directive européenne sur le commerce électronique avait donné aux fournisseurs d’accès et d’hébergement une immunité quant aux contenus véhiculés. Peut-on, de façon analogue, se satisfaire d’une telle irresponsabilité pour des opérateurs exposant la population à des ondes électromagnétiques dont l’innocuité n’est pas démontrée ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe des signes d’un lien entre une exposition de longue durée aux ondes électromagnétiques et certains cancers. C’est notamment la conclusion d’une analyse de onze études épidémiologiques de long terme chez de grands utilisateurs de téléphones portables.
Convaincu ?


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Ondes magnétiques, une pollution invisible

  • fusoline

    Bonjour, je me pose beaucoup de questions et je suis inquiète au sujet des répartiteurs .L’état nous oblige par un décret de Mme Ségolène Royal à poser ces répartiteurs qui émettent des ondes. Les chambres des appartements sont petites et les radiateurs se trouvent à côté des lits , comment nous protéger? Merci pour votre réponse

    • F.Meunié Auteur de l’article

      Bonjour fusoline et merci pour votre contribution.
      Vous êtes d’évidence en droit de vous préoccuper des conséquences de ces répartiteurs à proximité de tous, partout et sur les lieux de vie et de repos (chambres). On peut heureusement s’en protéger en enveloppant ces matériels avec un tissu spécial anti-ondes de type “Naturell” (coton) ou “Evolution” (polyester) spécialement tissé et comprenant des particules de cuivre et d’argent.
      Bien entendu, la propagation des ondes en est considérablement amoindrie et peut générer des dysfonctionnement de transmission. Mais ça… vous n’y êtes pour rien !
      Espérant avoir répondu à votre question et restant à votre entière écoute,
      Bien cordialement. F.Meunié

      • fusoline

        Un grand merci , j’ai découvert grâce à votre réponse un moyen de nous protéger,et!… en réfléchissant aucune loi ou décret ne nous interdit de protéger notre santé même si les ondes sont amoindries et le relevé pas bon?… Bonne journée à vous