Linky met les usagers en danger

Poseur du compteur Linky chez les usagers

Des installations bâclées chez les usagers

En 2015, Enedis a lancé un appel d’offres. « Pour assurer les objectifs et tenir les délais, il n’y avait pas vraiment le choix », confie un syndicaliste d’Enedis Force ouvrière. Une trentaine de sociétés privées ont répondu présent et ont fourni la main-d’œuvre nécessaire. Elles sont aujourd’hui 80, et emploient au total 5.000 personnes. Mais pas que des électriciens. Il y a des maçons, des informaticiens, ou encore des étudiants qui n’ont jamais travaillé.
L’avis de Demain Conseils : Pas très rassurant sur la qualité des intervenants, non ?

Stress et pression intenable

Le problème de base vient de la formation reçue par les nouveaux recrutés. Un ancien salarié en rigole tellement le contenu le désespère : « Nous n’avons pas eu de formation pratique, seulement de la théorie, pendant un mois. Comment voulez-vous que les gens fassent bien leur boulot si on ne leur explique pas les différences entre les compteurs et toutes les installations électriques possibles ? En plus du salaire de 1.600 euros brut par mois, on est payés à la prime : 2 euros brut par compteur posé », une prime versée à condition que le quota journalier de compteurs à poser soit atteint. Un quota écrit, chaque jour, par le chef sur le tableau de leur local : « Aujourd’hui, 10 compteurs », parfois 12, parfois plus.
« La prime me faisait avancer. J’en arrivais à un point où je posais un compteur, quoi qu’il arrive, allant même jusqu’à 18 ou 19. Que l’installation électrique soit mauvaise ou pas. Ils savent parfaitement où on est et combien de temps l’intervention est censée nous prendre.Si je mettais trop de temps, je recevais un coup de fil : “Tu es où ? Tu fais quoi ? Pourquoi le compteur n’est pas posé ?” »

Installation dangereuse ? tant pis, on pose ! Les usagers paieront…

Un document diffusé en interne en février 2017 ne laisse pas de doute sur la technique de management : il demandait aux chefs d’équipe de mettre « une pression quotidienne afin d’obtenir des résultats ». Signé par le directeur technique de l’entreprise, et envoyé à tous les « référents » de France, on leur précisait même : « Verbalement, vous pouvez rajouter les sanctions qu’ils peuvent encourir (pénalités, avertissement, licenciement). »
En France, le réseau électrique est usé à 80 %, les erreurs de pose chez les usagers sont donc inévitables. « On ne peut pas faire à tous les coups du neuf avec du vieux. » L’ancien salarié raconte avoir enlevé des compteurs datant de 1957 dans la région d’Aix-en-Provence. « Parfois les fils sortent de partout, ils sont abîmés, mais on doit toujours poser le Linky. » Il envoie un jour une photo d’une installation douteuse. « Je voulais leur montrer que c’était dangereux, mais j’avais toujours la même réponse : tu poses. On nous demandait de mentir aux clients pour poser le compteur coûte que coûte s’insurge-t-il. L’un des arguments que l’on devait donner aux usagers était que le compteur était bon pour l’écologie ! »
L’avis de Demain Conseils : Menteurs et irresponsables, en tant qu’usagers, vous avez toujours confiance ?

En avril déjà, Demain Conseils se faisait l’écho de la demande ministérielle interdisant la pose forcée du compteur Linky :

Corinne Lepage s'oppose à Linky

Corinne Lepage saisit l’État et demande la suspension de Linky

Et en mars, la CNIL épinglait déjà Linky :

La Cnil épingle Direct Energie

Linky épinglé par la Cnil

Aller plus loin sur votre exposition

Vous voulez en savoir plus et disposer d’une information objective sur votre exposition aux ondes électromagnétiques ? cliquezICI.

Demain Conseils mesure objectivement votre exposition aux champs électromagnétiques et vous propose ses prestations, partout en France. Pour tout renseignement, contactez Frédéric Meunié ici ou au 09.67.39.38.16.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *