Comment l’Agence Nationale des Fréquences mesure les champs électromagnétiques


Au siège de l’ANFR, l’Agence nationale des fréquences, on affirme :
– “le résultat des mesures de champs électromagnétiques est exprimé en Volt par mètre”, unité pourtant incomplète et ambigüe, puisqu’elle concerne l’évaluation des champs électriques. Il est vrai qu’elle est plus simple et surtout plus… favorable ! On lui préférera le mW/m² (milliWatt par mètre carré), unité de mesure scientifique qui fait autorité.
– “Plus la mesure est élevée, plus nous sommes exposés : FAUX”. Affirmation pour le moins osée ! Mais qui s’explique quand on comprend que l’ANFR compare des appareils électriques et des émetteurs de champs magnétiques (mobiles, wifi…). Restons simple et retenons, qu’effectivement “Le résultat obtenu en V/m ne veut donc rien dire en lui-même”. Mais c’est l’unité qu’elle recommande… un peu moyen en terme de crédibilité.
– “A 20 centimètres de distance, une antenne-relais va effectivement émettre davantage qu’un smartphone”. En effet, jusqu’à plusieurs mètres d’une antenne-relais, l’exposition se révèle extrêmement dangereuse, plus de 1.000 fois les recommandations scientifiques et médicales. “L’agence vérifie que son orientation et sa disposition ne créent pas d’exposition trop élevée dans l’environnement alentour”. Ce n’est d’évidence pas toujours constaté.
– Enfin, “L’ANFR n’entre pas dans le débat sanitaire et se contente de vérifier les seuils…” : comme quoi le respect des recommandations du rapport Bioinitiative ne préoccupe nullement cette agence nationale. Edifiant !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *