Exposition aux ondes : les seuils sont respectés. Certain ?

exposition aux ondes

L’ANFR a publié son rapport annuel sur l’exposition du public aux ondes électromagnétiques

Selon l’agence des fréquences, les seuils réglementaires sont respectés.
Vu leur plafond délirant, on va dire… heureusement !
Son rapport porte sur près de 3 000 mesures, réalisées en 2016 par des laboratoires accrédités (ce qui signifie qu’ils ne sont ni objectifs ni indépendants…). Ces tests sont effectués à la demande de personnes physiques ou morales pour évaluer l’exposition aux ondes dans un lieu donné, et intégralement pris en charge sur les deniers d’un fonds alimenté par une taxe payée essentiellement par les opérateurs (pour l’objectivité, on repassera !).

Largement inférieur aux seuils [officiels] d’alerte

Ce qui n’a rien à voir avec les recommandations scientifiques, 100 fois inférieures (dans l’unité de mesure officielle, la plus favorable) et 10.000 fois inférieure (dans l’unité de mesure scientifique).
Les valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques ont été fixées en 2002 dans un intervalle de 28 V/m (2.000 fois trop) à 87 V/m (20.000 fois trop), en fonction des fréquences.
Il y a de quoi se vanter !
Sur le terrain, les niveaux relevés sont largement inférieurs : sur les 2 993 mesures collectées l’an dernier par l’ANFR, réparties sur l’ensemble du territoire, la moitié des résultats obtenus étaient inférieurs à 0,38 V/m, et 90% sous les 1,4 V/m (5 fois trop). Seules 20 mesures, soit 0,7% du total, ont mis au jour un niveau d’exposition supérieur à 6 V/m (96 fois trop), avec un maximum à 25,4 V/m (1.700 fois trop).
C’est toujours “Largement inférieur aux seuils d’alerte” ?

La téléphonie mobile, contributeur principal

L’étude de l’ANFR révèle un écart notable entre les relevés réalisés en intérieur (90% des mesures inférieures à 1,9 V/m) et en intérieur (90% sous 1,2 V/m).

Explication : le rôle prépondérant de la téléphonie mobile, contributeur principal à l’exposition mesurée dans 57% des cas. Et dont le signal est en partie atténué dans les bâtiments : il est contributeur principal à l’exposition dans 52% des cas en intérieur et 72% en l’extérieur.

L’exposition plus élevée en zone urbaine
Découlent fort logiquement de la place occupée par les ondes de téléphonie mobile des niveaux d’exposition sensiblement plus élevés en ville (90% des mesures inférieures à 1,5 V/m), où la densité d’antennes est plus élevée, qu’en zone rurale (90% sous 0,90 V/m). L’ANFR indique du reste que la téléphonie mobile apparaît comme source n°1 d’exposition dans 72% des cas en zone urbaine et seulement 41% des cas en milieu rural.

En juillet dernier, Demain Conseils se préoccupait déjà du déploiement à marche forcée à l’horizon 2020 :

le très haut débit dès 2020

Le plan France « très haut débit » avancé à 2020

Aller plus loin sur votre exposition

Vous voulez en savoir plus et disposer d’une information objective sur votre exposition aux ondes électromagnétiques ? cliquezICI.

Demain Conseils mesure objectivement votre exposition aux champs électromagnétiques et vous propose ses prestations, partout en France. Pour tout renseignement, contactez Frédéric Meunié ici ou au 09.67.39.38.16.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *