Questions fréquentes


Cliquez sur la préoccupation de votre choix…

star_1

  • Je recherche les limites que la France a fixées pour les niveaux de champs autorisés autour des antennes de radiocommunication qui sont proches de lieux habités.

Réponse officielle : Les niveaux de champs électriques se mesurent en volts par mètre (V/m). Le décret du 3 mai 2002 fixe les valeurs limites d’exposition du public pour la téléphonie mobile entre 41 (GSM 900) et 61 V/m (UMTS).

Notre avis :
– Le volt par mètre, toléré, est une unité de mesure électrique. A ce titre, il est ambigu et incomplet pour qualifier les champs magnétiques.
– Le rapport BioInitiative, qui fait autorité en terme de recommandation scientifique, préconise le seuil maximal de 0,6 V/m, soit… 100 fois moins que la norme officielle.

Au volt par mètre on préférera le milliwatt par mètre carré (mW/m²). Et 0,6 V/m = 1 mW/m².
L’équivalent de 61 V/m est de 10.000 mW/m². C’est-à-dire, dans cette échelle, 10.000 fois trop !

star_1

  • A-t-on le droit d’autoriser l’implantation d’une antenne relais à proximité d’habitations ?

Réponse officielle : Le décret du 3 mai 2002 qui est la référence réglementaire applicable en la matière, ne prévoit pas de distance minimale à respecter entre un émetteur et des habitations ou autres lieux publics. […]

Notre avis :
Cela a le mérite d’être clair. Mais se révèle aussi très inquiétant en ce qui concerne le respect du principe de précaution !

star_1

  • Quelles sont les vérifications d’exposition aux champs électromagnétiques effectuées par les opérateurs lors d’une nouvelle implantation d’antenne ?

Réponse officielle :Une implantation ou une modification d’antenne relais n’est pas accompagnée d’une mesure de champ.

Notre avis :
Autrement dit, on peut parfaitement et du jour au lendemain se retrouver excessivement exposé, et ce sans le savoir…
Quant au respect du principe de précaution, il n’engage visiblement que ceux qui veulent bien y croire !

star_1

  • Quel est le périmètre de sécurité autour d’une antenne ?

Réponse officielle : Les périmètres de sécurité délimitent les zones à l’intérieur desquelles les valeurs limites sont susceptibles d’être dépassées. En zone rurale, il est de 5 mètres devant l’antenne, en zone urbaine entre 1,5 et 3 mètres (!), selon la technologie de l’émetteur [ UMTS ou GSM ].

Notre avis :
Ces distances dites de sécurité nous semblent totalement irréalistes : nous constatons régulièrement des valeurs très gravement excessives à plus de 25 mètres d’une antenne relais.

star_1

  • Un ensemble d’antennes relais est à 100 mètres de l’école de mes enfants. Je m’inquiète de possibles effets sur leur santé.

Réponse officielle : L’ANFR n’est pas compétente sur les questions de biologie et de médecine.

Notre avis :
C’est très regrettable, car comment justifier de l’absence de risque pour la santé si on reconnait son incompétence à les évaluer ?
Mieux vaut faire évaluer l’environnement des ondes électromagnétiques de l’école.

star_1

  • J’habite à côté de lignes à haute tension. Dois-je avoir des craintes pour ma santé ?

Réponse officielle : La question des lignes à haute tension ne rentre pas dans le champ de compétence de l’ANFR qui traite des radiofréquences et non des basses fréquences.

Notre avis :
On est exposé aux mêmes risques (fatigue excessive, troubles du sommeil, maux de tête, vertiges, troubles auditifs et de la mémoire…) entre une ligne à haute tension et une antenne relais.
Demain Conseils est compétent pour estimer votre exposition aux basses fréquences et aux très hautes/hyper fréquences.

star_1

  • Qu’est-ce que le DAS (Débit d’Absorption Spécifique) d’un téléphone ?

Réponse officielle : il indique la quantité d’énergie absorbée par l’organisme, lorsque le portable fonctionne à pleine puissance. Depuis avril 2011, il figure obligatoirement dans les informations affichées en magasin. Les publicités doivent également en faire mention. En outre, de plus en plus de sites de vente en ligne présentent cette information qui est également disponible sur le forum des fabricants de mobiles.

Notre avis :
Il ne s’agit que d’un calcul théorique, sur un mannequin rempli essentiellement d’eau et de gel… il n’a donc aucune valeur scientifique et aucune légitimité pour évaluer le rayonnement électromagnétique subi.
Nous avons mesuré les ondes émises par différentes marques de portables ; elles ne sont nullement proportionnelles à leur DAS.

star_1

  • Les accessoires anti-ondes sont-ils vraiment efficaces ?

Réponse officielle : Les dispositifs « anti-ondes » destinés à être placés sur ou à proximité de l’antenne du téléphone mobile ne montrent pas d’efficacité de protection significative pour l’ensemble des téléphones mobiles et des bandes de fréquence testés.

Notre avis :
C’est faux. Mais on ne se protège pas avec n’importe quoi ni n’importe comment.
Demain Conseils utilise depuis plusieurs années et recommande les produits allemands YShield (voilages, peintures…) aux qualités irréfutables et certifiées par le laboratoire de micro-onde de l’Université des Forces Armées Fédérales Allemandes de Munich.

star_1

  • Quel est le facteur de réduction de l’exposition apporté par le kit « mains libres » ?

Réponse officielle : Les études ont montré que, en moyenne, le DAS d’un kit « mains libres » était de l’ordre d’un dixième (1/10e) de celui d’un téléphone tandis que celui d’une oreillette Bluetooth est de l’ordre d’un cinq-centième (1/500e) de celui d’un téléphone. L’origine de l’exposition est très différente dans les deux cas (cf. diapo 3 de la présentation SUPÉLEC).

  • Dans le cas d’une oreillette Bluetooth, le DAS résulte de l’exposition à l’antenne de l’oreillette qui est équipée d’un émetteur d’une puissance maximale environ 1000 fois inférieure à celle d’un téléphone.
  • Dans le cas d’un kit filaire, le champ électromagnétique émis par l’antenne du téléphone mobile se propage par le fil. Le fil devient alors lui-même une antenne et rayonne à son tour. Le DAS résulte de la double exposition au téléphone (exposition faible, puisque le téléphone est le plus souvent éloigné du corps) et au fil des écouteurs.

Notre avis :
– Effectivement, les kits sans fil (Bluetooth) rayonnent.
– Mais contrairement à ce qui est écrit, un kit filaire rayonne bien moins qu’un kit sans fil.
Le mieux est d’utiliser son téléphone avec un kit filaire, à une longueur de bras pour éloigner les ondes du corps et surtout de la tête.

star_1

  • Pouvez-vous m’expliquer en quoi consiste l’activité des laboratoires de contrôle ?

Réponse officielle : Ces laboratoires exercent leurs compétences dans tous les secteurs d’activité. Ils sont parties prenantes dans des grands groupes d’ingénierie et exercent le rôle d’experts lors d’inspections techniques relatives à la sécurité, la qualité et (ou) la santé.

Notre avis :
Certains, et c’est notre choix, sont totalement indépendants et ont comme activité unique les diagnostics électromagnétiques.

star_1

  • Sur quelles bases est garantie l’indépendance des laboratoires de contrôle ?

Réponse officielle : Pour être accrédités par le Comité français d’accréditation (norme ISO/CEI 17025) ou un équivalent européen, les laboratoires doivent avoir mis en place des dispositions permettant d’assurer que leur direction et leur personnel ne sont sujets à aucune pression ou influence commerciale, financière ou autre indue, interne ou externe, susceptible de mettre en cause la qualité de leurs travaux.
En outre, les laboratoires ne doivent pas être exploitants de réseau et ne pas participer directement à la fabrication, à la commercialisation, à l’installation ou à la maintenance d’équipements de télécommunication, entre autres exigences (pour plus de détails sur ce point, se référer à la partie Réglementation).

Notre avis :
Pour une fois nous sommes d’accord… Demain Conseils est totalement indépendant et n’exploite aucun réseau ni ne participe à aucune fabrication.
… mais attention, les organismes accrédités vont respecter les normes officielles, 100 fois trop élevées. Soyez vigilant.

star_1

  • Je souhaiterais savoir si les mesures effectuées par des laboratoires (ou des organismes) qui ne sont pas habilités COFRAC peuvent être considérées comme valables ?

Réponse officielle : Pour être reconnue par un tribunal (autrement dit être opposable en justice), la mesure de champs obéit à un ensemble de dispositions réglementaires  dont l’objet est de protéger le public en établissant les exigences de qualité auxquelles doivent se soumettre les organismes qui vérifient sur place les valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques. De fait, ne sont opposables que les seules mesures réalisées par des organismes accrédités COFRAC. Ces mesures sont également les seules à être publiées par l’ANFR sur Cartoradio.

Notre avis :
Et le chien se mord la queue…
Faites plutôt confiance à une entreprise indépendante et objective.

Retrouvez ces questions/réponses officielles sur le site de l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR)